Interview de Julien Berard (Ag2r - La Mondiale)

Publié le par Valentin JACQUEMET

Julien Berard, coureur du Chambéry Cyclisme Formation, vainqueur d'étape et maillot jaune 5 jours sur le récent Tour de l'Avenir, a signé un contrat avec la formation Ag2r – La Mondiale. Vainqueur de neuf bouquets cette saison, dont une étape de la Ronde de l'Isard, le Grand Prix de Saint-Etienne, le Tour du Chablais et le Tour du Pays de Filière ou encore 5e du Championnat de France espoirs, il nous livre ses impressions à l’aube de la première saison professionnel.

 


Cyclisme NEWS : Bonjour Julien, tout d'abord merci de nous accorder un peu de votre temps pour réaliser cette interview. Vous avez signé, il y a quelques semaines, un contrat avec l'équipe AG2r - La Mondiale, dans quel état d'esprit vous situez-vous avant d’aborder votre première saison pro ?
Julien Berard :
C'est un nouveau challenge qui s'ouvre à moi. Un nouveau mode de vie, une seconde carrière qui débute. Tout est remis a zéro, il faut à nouveau que je fasse mes preuves et que je me montre compétitif pour un nouveau collectif, une autre approche du cyclisme. Le fossé est énorme avec les espoirs, c’est à moi de le combler.

C.N : Que vous inspire l'éclosion en Espoirs de Romain Sicard ? Pensez-vous que c'est le futur grand coureur français ?
J.B :
Romain à de nombreuses qualités athlétiques et humaines. Il faut lui laisser le temps d’éclore car le vélo est un sport à maturité tardive. Il ne faut pas en faire le nouveau grand espoir car cela pourrait lui nuire bien qu’il ait vraiment la tête sur les épaules. Il a tout d’un grand mais il faut encore le laisser progresser car, comme je vous le disais, le niveau espoir est loin du niveau que l’on peut voir dans le Pro Tour.

C.N : Pensez-vous que les espoirs français réaliseront une grande saison 2010 après leur belle année 2009 ?
J.B :
Pour les espoirs, ce sera dur de faire mieux après tant de victoires. De plus, pas mal de jeunes passent professionnel dans des équipes Pro Tour comme Romain (chez Euskatel), Guillaume Bonnafond (chez AG2r – La Mondiale également) ou moi-même. Il va leur falloir également de la réussite, d’autant plus que Bernard Bourreau (sélectionneur de l’équipe de France espoir) risque de petit à petit déléguer ses fonctions, il va falloir reconstruire un groupe autour des Paiani, Soupe, Courteille, ou encore Geniez qui, pour moi, possède le même profil que Romain Sicard.

 

Julien, victorieux de la Première étape du tour de l'Avenir, devant le futur vainqueur final, Romain Sicard.


C.N : Quels seront vos objectifs l'an prochain ?
J.B :
L'an prochain, je vais redécouvrir le monde pro après un stage en 2008, déjà dans la formation de Vincent Lavenu. Je serai  là pour apprendre et  engranger un  maximum de force, de « caisse ». Je ferai le maximum pour que l’équipe réalise une meilleur saison que celle en cours car, il n’y eu pas énormément de succès, hormis le maillot jaune de Nocentini sur le Tour. Je souhaite rester le même type de coureur, attaquant pour être parfois en position de jouer la gagne et acquérir des automatismes avec les autres coureurs de l’équipe.

C.N : Quelles sensations vous a procuré le fait de porter le maillot jaune sur le Tour de l'Avenir ?
J.B :
Le Tour de l'Avenir a été une grande réussite personnelle avec le port du maillot jaune pendant cinq jours. Nous avions l’une des plus grande équipe de France de ces dernières années je pense. J'en ai profité mais Romain à finalisé le travail. C’est essentiel. La pression était assez palpable quand même, on a suscité des jalousies, des convoitises dans les autres équipes qui courraient toutes pour nous faire perdre. J'ai appris le rôle de leader sur une grande course. J'ai, tout de même, une pointe de regrets concernant le général. Cela est dû aux deux jours (l’étape de Gérardmer et le contre-la-montre individuel) où, physiquement et mentalement, j'étais moins bien. Mais ce que j’ai vécu est exceptionnel.

C.N : Comment vous caractérisez vous en tant que coureur ? Baroudeur ? Puncheur ?

J.B : Je suis un baroudeur, passe-partout, sans gros défaut, même si le contre-la-montre est un peu mon talon d’Achille.  Je n’ai pas vraiment de domaine de prédilection. Cependant, la descente est l’aspect que je préfère le plus dans mon métier. A noter que je suis doté d'une petite pointe de vitesse quand je suis en forme.

 

Julien sous les couleurs du CCF, réserve de l'équipe AG2r - La Mondiale.

 

Un grand merci à Julien pour sa disponibilité.

 

Publié dans Interviews

Commenter cet article