Gravir un rêve #5

Publié le par Valentin JACQUEMET

Avenir en pointillés ...

 

J'ai appris la nouvelle il y a quelques jours. Sauf miracle, je ne pourrais pas être présent au départ de l'Etape du Tour le 18 juillet prochain. La faute à une épaule douloureuse depuis quelques semaines déjà et un arrêt de toute activité sportive d'encore deux à trois semaines. Je ne connais toujours pas la cause exacte des douleurs. Problème de ligaments ? Arrachement du muscle ? Déchirure musculaire ? J'espère être fixé rapidement.
C'est extrêmement frustrant de devoir terminer cette aventure de cette manière. La nostalgie est déjà présente.

Depuis le dernier article, beaucoup de choses se sont passées. Il y eut d'abord, le 23 mai dernier, le Challenge Vercors et ses 158 kilomètres. L'appréhension et le stress étaient présents au départ, jamais je n'avais réalisé une telle distance sur un tel parcours. Je pris un départ plus que poussif, sans force ... Le col de la Machine et du Chaud Clapier furent plus que difficile. Cependant, après un bon ravitaillement, je retrouvais un coup de pédale honorable et me permettait de mieux finir la course. La satisfaction était énorme à l'arrivée. Je me rendais compte que l'Etape du Tour était dans mes cordes. Je me découvrais également un mental, qui m'avait, jusqu’à présent, fait quelque peu défaut. Je m'accrochais à ce que je pouvais et cela marchait. Un regard vers le strap avec le surnom d'une amie sur le bras, une pensée pour mon petit frère et ses blagues mémorables et le compteur affichait une vitesse un peu plus importante. J'ai eu, de plus, la chance de pouvoir accrocher un groupe qui me permettait de rouler "à l'économie" pendant quelques kilomètres. En résumé, le bilan était vraiment satisfaisant à l'arrivée.

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash1/hs343.ash1/29330_1473154948932_1235415093_1294084_5836722_n.jpg

Arrivée du Challenge Vercors

 

Quelques semaines après, je fis ma première course VTT de l'année, une américaine de deux heures, en compagnie d'Alexandre Maingot, un ami avec qui j'avais fait mes premiers tours de roues en club il y a une dizaine d'année sur Annecy. Un très bon moment de rigolade, de plaisir.

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs542.snc3/29730_1481488877275_1235415093_1315912_7521889_n.jpg            http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash1/hs502.ash1/29730_1481488957277_1235415093_1315913_5044376_n.jpg

Les 2 heures VTT de Metz-Tessy avec mon ami, Alexandre Maingot

 

Le vélo resta ensuite, quelques jours, dans le garage. Le bac approchait à grands pas. Peu de sorties donc avant de partir en reconnaissance de l'Etape du Tour les 4 et 5 juin. Cette reconnaissance fut grandiose. Départ le 3 juin de Grenoble pour Paris afin de rejoindre une petite partie de l'équipe Vélo Magazine avec Christophe Osmont, journaliste, et Patrick, un autre carnet de route. Une fois arrivé à Pau, direction le centre Laurent Fignon à Bagnère de Bigorre où nous passons la nuit. Le lendemain, après une nuit courte, je me lève et tombe nez à nez avec ... Bernard Hinault. La journée commençait de la meilleure des façons. Je pris mon petit déjeuner en face du quintuple vainqueur de la Grande Boucle. Anecdotes sur le Tourmalet, discussion à propos de la nutrition, sur le programme qui nous attendait. Un programme plus qu’alléchant : l'ascension du col du Tourmalet. Nous étions une dizaine de privilégiés à pouvoir partager ce moment en compagnie du "Blaireau". Un rêve tout simplement. La pente aidant, de petits groupes se forment rapidement et je parvenais à rester dans le premier. Bien installé dans la roue du plus grand champion cycliste français de tout les temps, je suis émerveillé. Tout est réuni pour un moment inoubliable : un décor de rêve, un champion prodiguant des conseils hyper enrichissant, un col mythique. Le bonheur est immense au sommet, je me suis senti beaucoup mieux qu'un an auparavant lorsque j'avais gravi le Mont Ventoux. Après un repas convivial, nous redescendons à l'hôtel en vélo. Un petit déclic. Pour la première fois depuis bien longtemps, je me sens à l'aise. Les mains s'éloignent peu à peu des poignées de frein, la peur de la chute s'éloigne au fil des courbes.

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs324.snc3/28830_1489005545187_1235415093_1335790_3980777_n.jpg

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs324.snc3/28830_1489005145177_1235415093_1335782_7044343_n.jpg

Sommet du Tourmalet

Le lendemain, un énorme morceau nous attend, le reste de l'étape. Au programme, Pau - Sommet du Col du Soulor. Nous partons à cinq, les quatre carnets de route ainsi que Christophe. J'essaye de mémoriser les points clés de la course. Je constate que le début du parcours n'est pas des plus faciles. Route au mauvais rendement et première côte pas forcément évidente. Ensuite, nous effectuons une trentaine de kilomètres jusqu'au pied de Marie-Blanque, la première vraie difficulté du jour. Je constate que le pied passe aisément, les pourcentages sont faibles. La montée se résume en quelque sorte à quatre kilomètres. Je gère ce moment où les pourcentages frôlent les 15%, je parviens à ne pas me mettre "dans le rouge". Je monte à mon rythme et cela marche. Nous descendons ensuite en direction de Ferrières, au pied du Col du Soulor. La chaleur commence à se faire accablante. Dès les premiers faux plats menant au pied du col, je ressens de grosses douleurs au niveau du ventre. Les coups de pédales se font de plus en plus difficiles. Je finis plié en deux sur le vélo et est contraint de mettre pied à terre à Ferrières. Ces douleurs proviennent, notamment, d'une perte importante de sels minéraux, non comblé dans mon alimentation. Le bilan du séjour est, tout de même, positif. Au delà de l'aspect sportif, ce fut un réel plaisir de partager ces nombreux moments en compagnie de toute l'équipe.

 

 


 

 

Par la suite, les grosses sorties furent nulles avec l'approche du bac et cette blessure ... J’espère, de tout cœur, pouvoir être rétabli pour cette belle fête du sport et ne pas terminé cette merveilleuse expérience de cette façon.


A très vite,

Valentin

Publié dans Gravir un rêve

Commenter cet article

sam 01/07/2010 22:35



super ton blog champion


J'espère que tu vas récupérer ton épaule vite. T'as fait des examens?


Allez, ar vi pa